Guy Môquet et l'art de jouer du pipeau!

Publié le

 

À propos de la polémique relative à la lettre de Guy Moquet... qui, au demeurant, n'a aucun intérêt si ce n'est de créer une diversion en divisant les français. Ah! Machiavel que feraient nos politicards sans ton ouvrage "Le Prince"

Je me permets, en tant qu'intellectuel sans attaches politiques de rectifier ce qui m'a toujours semblé être une manipulation politique historique. IL est un peu trop schématique de toujours invoquer le pacte germano-soviétique en le sortant de son contexte.
Rappelons que lors de la réoccupation de la Rhénanie, en 1936, par Hitler, la France ne réagit pas. En 1938, lors de l'Anschluss, le rattachement de l'Autriche au IIIe Reich, il n'y eut aucune opposition internationale. Lors des accords de Munich, toujours en 1938, la France et l'Angleterre reconnurent l'annexion par l'Allemagne d'une part de la Tchécoslovaquie. Et ceci explique le fameux pacte germano-soviétique. Si Staline était une ordure, ce qui n'est plus à démontrer, il était loin d'être un imbécile. Il avait parfaitement compris que la Révolution de 1917 ayant eut lieu en pleine guerre, les alliés n'avaient pu l'empêcher. Ce sont ces mêmes pays qui réarmèrent l'Allemagne avec l'arrière pensée d'en finir avec le bolchévisme. Staline ayant compris que l'invasion de la Pologne, imminente serait suivie de celle de l'URSS s'est efforcé de gagner du temps.
Il y aurait beaucoup à dire sur les intérêts économiques de l'Angleterre et des Etats-Unis, ces derniers privilégiaient leur économie ainsi qu'en témoignent la clause cash and carry et la loi prêt-bail). Il est bon de rappeler que si les Etats-Unis entrèrent en guerre, en 1941, ce fut uniquement en raison du bombardement de Pearl-Harbor, bombardement qui fut une réaction du Japon à l'embargo les privant de pétrole (déjà!). La décision Anglo-américaine d'ouvrir un front européen ne fut prise qu'en nove.déc. 1943, sur la pression de L'URSS, laquelle avait contraint von Paulus a capituler dès le 2 février 1943. Par conséquent, les alliés n'avaient plus le choix. L'enjeu devenait la bataille de Berlin et surtout les archives qui s'y trouvaient, notamment les dossiers Also, au sein desquels selon le diplomate Richard Grandmaison, "on trouvait de l'Histoire à la pelle".
On n'insistera jamais assez sur cette chronologie qui a le mérite de remettre en place une vérité historique trop souvent manipulée...même si elle bouscule le politiquement correct", lequel s'apparente à du révisionisme...
Cordialement

Publié dans politique

Commenter cet article